Châteaux en Pays de Loire 31

CHATEAU de CHAMBORD 2

Donc, il y a fort à lire ici dans ces décors sculptés dans les caissons de ces voûtes (400, en a-t-on comptés !), à la lueur du contexte et des codes du XVIè ainsi que des références antique, biblique, médiévale, humaniste. De véritables balises pour les contemporains et parfois, vrais rébus pour nous !

Château de Chambord, escalier et voûte, 2éme étage -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, escalier et voûte, 2éme étage -CC BY-NC Jacques BOUBY

Toute l’emblématique royale est présente. Omniprésente même ! François 1er doit beaucoup à Louis XII, vous savez, l’inventeur du porc épic : Continus et eminus, « de près et de loin » (cf Blois 1 ) et sèmera lui aussi à profusion ses emblèmes propres  : la salamandre, le monogramme en « F », la cordelière en 8.

Château de Chambord, sculptures, voûte, 2 éme étage -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, sculptures, voûte, 2 éme étage -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, sculptures, voûte, 2 éme étage -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, sculptures, voûte, 2 éme étage -CC BY-NC Jacques BOUBY

La salamandre, bien sûr, l’animal-devise de François 1er, inlassablement répétée ici, 300 fois dont 200 fois au 2ème étage et pourtant jamais tout à fait la même ni… tout à fait une autre : crachant de l’eau, crachant du feu, ailée, couverte de flammes, couvertes d’étoiles… Animal magique amphibien, traversant le feu, nutrisco et extingo, « je nourris le bon feu et j’éteins le mauvais », feu du Saint Esprit ou feu de l’Enfer, feu de la foi ou feu du désir

Château de Chambord, sculptures, voûte, 2 éme étage -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, sculptures, voûte, 2 éme étage -CC BY-NC Jacques BOUBY

le monogramme en « F », souvent recouvert de fleurs de lys. L’initiale du prénom du roi et … celle de son peuple, incarnant Foi, Franchise et Fortitude (càd Force et Courage). On voit l’extension de l’emblème, représentant une personne (François 1er) vers le symbole, représentant une idée, un concept. Pas de doute : se faire représenter par des vertus est, pour le souverain, un bon outil de communication politique !

Château de Chambord, sculptures, voûte, 2 éme étage -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, sculptures, voûte, 2 éme étage -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, sculptures, voûte, 2 éme étage -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, sculptures, voûte, 2 éme étage -CC BY-NC Jacques BOUBY

La cordelière franciscaine emblème royal à part entière car emblème dynastique des Angoulême, témoin de la dévotion à François d’Assise et référence à l’ermite franciscain François de Paule venu de Naples qui, souvenez-vous, fit la prédiction à Louise de Savoie, mère du roi (cf épisode 15, Clos Lucé ) que son François, encore à venir, serait roi. Le franciscain sera canonisé en 1519 et suscitera une grande dévotion de toute la famille. Notez que la cordelière à grains et lacs d’amour sera associée systématiquement aux F sauf ceux de la lanterne.

Château de Chambord, sculptures, voûte, 2 éme étage -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, sculptures, voûte, 2 éme étage -CC BY-NC Jacques BOUBY

Le nœud de corde en huit, à double boucle, dit le lacs d’amour est une figure héraldique de la Maison de Savoie (donc de la mère du roi ) et de la Maison de Bretagne.

Château de Chambord, sculptures, voûte, 2 éme étage -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, sculptures, voûte, 2 éme étage -CC BY-NC Jacques BOUBY

Outre les emblèmes propres de François 1er, le décor de Chambord est semé des insignes monarchiques, fleurs de lys et couronnes, qu’elles coiffent des salamandres ou le F, couronnes royales ou impériales, fermées et surmontées d’une croix, référence à Charlemagne, le seul roi de France à avoir été aussi empereur et, surtout à l’immense espoir de François 1er de devenir le futur… Charles Quint.

Château de Chambord, sculptures, voûte, 2 éme étage -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, sculptures, voûte, 2 éme étage -CC BY-NC Jacques BOUBY

À noter que la couronne impériale est une couronne d’or en forme de mitre avec diadème supportant un globe surmonté d’une croix, couronne fermée. Couronne du Saint Empire… que lui a raflée Charles Quint !
La couronne royale, couronne ouverte est un cercle portant huit fleurs de lys d’or détachées et huit arcatures en arc de cercle.

Bon, je vous épargnerai les myriades de sculptures mythologiques ou religieuses qui émaillent murs et plafonds avec parfois de bien sympathiques fantaisies. Et je serais méchant d’ajouter que la tendresse déconcertante du tuffeau de Bourré favorise éminemment le coup de ciseau… Ah ! c’eût été bien différent avec du granit 😜

Château de Chambord, sculptures, voûte, 2 éme étage -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, sculptures, voûte, 2 éme étage -CC BY-NC Jacques BOUBY

On a parcouru et visité avec notre habituelle nonchalance la plupart des pièces du château. Paraît que 60 sont ouvertes au public sur les … 440. Telle la Chambre de la reine, son lit à baldaquin et sa tapisserie, pour mémoire.

Château de Chambord, Chambre de la reine -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, Chambre de la reine -CC BY-NC Jacques BOUBY

… et même les combles et leurs prodigieuses charpentes d’une portée et d’une section impressionnantes, bien à la française et qui nous éblouissent. (NB il faut choisir la Visite insolite pour çà). Oui, je sais, seuls ceux qui vivent en permanence avec des poutres au-dessus de leur tête peuvent comprendre l’intérêt indéniable que nous avons pour ces savants assemblages de bois.😜

Château de Chambord, Charpentes -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, Charpentes -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, Charpentes -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, Charpentes -CC BY-NC Jacques BOUBY

De beaux efforts d’ameublement, comme on peut le voir, témoin cette Tapisserie de grande finesse, l’Arrivée en Campagne issue de de la tenture des Chasses du roi François probablement commandée par Marie de Médicis à la Manufacture du faubourg Saint Marcel, ancêtre de la manufacture des Gobelins. Chacun le sait, François 1er était un fou frénétique de la chasse… de toute espèce d’ailleurs 😜 

Château de Chambord, Tenture des Chasses du roi François, l'Arrivée en Campagne -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, Tenture des Chasses du roi François, l’Arrivée en Campagne -CC BY-NC Jacques BOUBY

Il est représenté ici à cheval en costume de son époque à côté d’un jeune et beau fauconnier tandis qu’à gauche et sur des plans différents, d’autres fauconniers et leurs équipages animent ce cadre campagnard.

Château de Chambord, Tenture des Chasses du roi François, l'Arrivée en Campagne, détail -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, Tenture des Chasses du roi François, l’Arrivée en Campagne, détail -CC BY-NC Jacques BOUBY

Encore une rescapée d’une immense tenture de l’Histoire de Scipion, 22 tapisseries, treize « Gestes » et neuf « Triomphes » de Scipion, vainqueur de la Deuxième Guerre punique, commandées par François 1er à la Manufacture de Bruxelles et révolutionnairement brûlées en 1797 pour… récupérer les fils d’or et d’argent. Chambord conserve 8 retissages de 1660.

Château de Chambord, tenture de l'Histoire de Scipion -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, tenture de l’Histoire de Scipion -CC BY-NC Jacques BOUBY

Le général triomphe des Carthaginois et des boeufs blancs sont conduits au temple de Jupiter à Rome pour y être sacrifiés. Les éléphants et les dromadaires eux, transportent les butins d’Afrique.

Château de Chambord, tenture de l'Histoire de Scipion -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, tenture de l’Histoire de Scipion, détail -CC BY-NC Jacques BOUBY

C’est vrai que de louables et importants efforts d’ameublement ont été réalisés dans ce château, ce qui pose évidemment le problème sur lequel les partisans de la Renaissance et ceux des XVIIème et XVIIIème siècles croisent le fer : quelle période privilégier ?

Pour la période du roi architecte-bâtisseur c’est simple, lumineux même : le château ne doit pas être meublé. Déçus ? comme ce touriste qui disait préférer Cheverny et de loin, à Chambord ? Pour les meubles…

🔎 François 1er arpenta les routes du royaume pendant plus de la moitié de son règne et se posa en 728 lieux différents, selon les ceusses-qui-sçavent. C’est qui ? Qui a inventé la LREM ? Et quelle caravane ? Imaginez : conseillers, chanceliers, secrétaires et commis, princes, ducs, barons, prélats et leurs escortes, gouverneurs, écuyers, pages, fourriers, cuisiniers, sommeliers, argentiers… 10 000 personnes (la population de… Caussade !) en Marche et autant de chevaux, plus une ménagerie de chiens de chasse, d’ours, lions, guépards, oiseaux de fauconnerie… Sans compter l’équipage et l’équipement pour la chasse, les repas, les bals, les jeux, les pique-nique, les mascarades et autres divertissements…

Et tout ce monde avec force attirail sur une interminable ronde de chariots, parfois de bateaux.Ya pas photo ! Il s’agit d’un autre apparat et d’un autre faste que notre LREM riquiqui d’aujourd’hui !

Et La Royauté En Marche signifiait à chaque escale au bon peuple sa joie de le rencontrer, d’écouter ses doléances, de prononcer des jugements, de lui donner des fêtes et… de le guérir de ses écrouelles. Un vrai programme, çà !

On comprend bien qu’un tel roi nomade n’avait que faire d’un château meublé ! Totalement vide, celui-ci était aménagé quasi instantanément avec nattes, tapisseries, meubles et fourbi et déménagé aussitôt que le roi avait mangé et dormi. Du camping itinérant… de luxe !

Et voilà pourquoi Chambord est vide, d’autant, qu’aux dernières estimations, on a calculé que François 1er n’aurait passé ici que quelques dizaines de jours durant… tout son règne. Donc, si on remeuble Chambord, et avec beaucoup de goût, c’est… pour les touristes.

Cependant, mon intérêt reste intact pour les joyaux d’enluminures – présentés ici – de ce temps joli où la peinture était dans les livres.

Château de Chambord, Jean Bourdichon, Entrée de Louis XII à Gênes -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, Jean Bourdichon, Entrée de Louis XII à Gênes -CC BY-NC Jacques BOUBY

Jean Bourdichon, Entrée de Louis XII à Gênes, dans  le Voyage de Gênes de Jean Marot vers 1508

Château de Chambord, Jean Bourdichon, Entrée de Louis XII à Gênes, détail -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, Jean Bourdichon, Entrée de Louis XII à Gênes, détail -CC BY-NC Jacques BOUBY

et ce rare et précieux Tristan chevalier de la Table ronde  provenant de la bibliothèque de François Ier

Château de Chambord, Tristan chevalier de la Table ronde -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, Tristan chevalier de la Table ronde -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, Tristan chevalier de la Table ronde, détail -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, Tristan chevalier de la Table ronde, détail -CC BY-NC Jacques BOUBY

Autre enluminure : Guillaume Budé dans son cabinet et offrant son livre « L’Institution du Prince» au roi François 1er

Cette enluminure était prévue pour ouvrir un traité d’instruction politique destiné au jeune François d’Angoulême, finalement jamais rédigé.

Château de Chambord, Guillaume Budé dans son cabinet -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, Guillaume Budé dans son cabinet -CC BY-NC Jacques BOUBY

Devenu roi, François s’entoure d’humanistes et d’hommes de culture dont Guillaume Budé, philosophe, philologue, historien, juriste et spécialiste de grec ancien. Maître de la Librairie du roi il est l’instigateur de l’actuel Collège de France.

On le voit ici représenté sur la vignette du haut, en train d’écrire entouré de Mercure et Philologie et dans la vignette du bas d’offrir le traité au jeune souverain assis sur le trône.

… et ce Manuscrit sur vélin, Poème sur la Passion vers 1530

Château de Chambord, Poème sur la Passion vers 1530 -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, Poème sur la Passion vers 1530 -CC BY-NC Jacques BOUBY

cette Huile sur bois de Francesco di Giorgio, 1467, Madonna del Terremoto : La vierge qui a protégé la ville de Sienne lors d’un tremblement de terre

Château de Chambord, Francesco di Giorgio, 1467, Madonna del Terremoto-CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, Francesco di Giorgio, 1467, Madonna del Terremoto-CC BY-NC Jacques BOUBY

Ce portrait équestre de François 1er attribué à Jean Clouet dans lequel le roi est exalté comme chef militaire en harnois, armé d’une épée et d’une masse d’armes.

Jean Clouet, François 1er
Château de Chambord, Jean Clouet, François 1er -CC BY-NC Jacques BOUBY

D’ailleurs Chambord présente cette Armure au Lion damasquinée attribuée à Giovanni Paolo Negroli, style développé par les armuriers milanais vers 1540-1545.

Château de Chambord, Armure au Lion -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, Armure au Lion -CC BY-NC Jacques BOUBY

Il s’agit d’une armure de parade en fer, laiton, or, argent, cuir et textile ; le buste est ornée du collier de l’ordre de Saint-Michel fondé par Louis XI. Notez le casque à tête de lion …Cette armure aurait été la première de François Ier, et l’épée qu’il maniait sans doute lors de la défaite de Pavie, que Napoléon récupéra en Espagne au XIXè siècle. Elle provient du Musée de l’Armée à Paris

Château de Chambord, Armure au Lion -CC BY-NC Jacques BOUBY
Château de Chambord, Armure au Lion -CC BY-NC Jacques BOUBY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *