EXPO NOUAKHCHOTT 1984

EXPOSITION de 100 photographies de JACQUES BOUBY

 » Les Rythmes et les Jours sur les rives du FLEUVE « 

Centre Culturel Français de NOUAKHCHOTT (MAURITANIE) du 4 au 29 mars 1984

 

3 réponses sur “EXPO NOUAKHCHOTT 1984”

  1. Merci Marie Jo pour ta réaction… rapide !

     » Merci j’apprécie toujours autant les photos du monde et les commentaires de Jacques.
    La douceur des photos dans un monde brutal.
    Une évasion, une fenêtre qui fait entrevoir l espoir d un monde meilleur pour tous et qui réconforte un instant.
    Merci au photographe voyageur témoin d un monde que la télé ne montre pas.
    Marie Josée « 

  2. Pour réagir aux propos désabusés du Maître sur le nivellement culturel du regard que banalisent les réseaux, d’abord dire que tous les réseaux automatiques broient la curiosité et l’interêt vers l’autre, forcément remplacés par l’abrutissement et le gavage qu’induit le défilement sans frais et sans effort, conso à l’état pur de type digestion ruminante.
    Donc rien à dire là dessus tant c’est implacablement évident.
    Mais ces photos ! ces photos ! pour la plupart, force, puissance d’abstraction graphique, dé-réalisation au bénéfice du devenir une oeuvre d’art, et pas une seconde de vieillissement, c’est intact et natif !
    et pour être lucide, il y a une part qui vient de notre désir de figer ce que nous avons aimé de ces contrées, augmenté du fait que c’est notre jeune temps. Comme en littérature, décrire et représenter c’est s’approprier le monde tel que nous le voulons. La photo est parfois mimétique, mais souvent performative – un acte qui transforme ce que je vois dans le sens que je lui donne.
    Si j’osais , pour avoir vu et revu ces images si pures, j’en mettrais qques une de coté, soit trop symboliques, soit un peu anecdotiques, soit visiblement graphiques (ce qui est pour moi une facilité) mais je vois que je fais mon outrecuidant…
    Bref cher Jacques, je ne peux que t’encourager à faire de la photo, puis à en discuter – avec moi !
    amitiés admiratives de Riton le Nantais !

    1. Pour redonner son sens au premier paragraphe du commentaire d’Henri, il me paraît opportun de citer mon texte de l’Infolettre n° 5 – envoyée aujourd’hui aux abonnés – sur lequel il réagit.

      « Je suis très bouleversé par la résurgence de tous ces moments dans des lieux souvent non (encore ?) instagrammés. De ces Rythmes, de ces Jours que j’ai aimé, promis à l’obsolescence, que reste-t-il aujourd’hui ?

      Au delà du pittoresque, je redoute que, comme partout ailleurs, le rouleau compresseur de la modernité, du progrès, de la mondialisation n’ait aujourd’hui laminé toutes ces aspérités, ces différences, ces délicates variations humaines et cette mosaïque des peuples.
      Je crains fort que se soit installée l’horrible et dévastatrice monoculture qui, déjà, avait effrayé Levi Strauss !

      Et, je ne crois pas avoir entendu que nos hérauts de l’écolo-anxiété se fussent préoccupés de cet autre désastre planétaire : l’aplatissement consciencieux de toutes ces diversités fragiles, devenues insupportables et … déclarées caduques, empoisonnées par « l’air du temps ».
      On sait à peu près aujourd’hui à quoi ressemble, une société planétaire universelle et son Réseau : une pulvérisation préalable des existences et des vécus divergents…
      Et dire qu’on a pu croire qu’on serait libre quand seraient enfin brisées les chaînes de la Tradition ! Et que je l’ai même doctement enseigné à ces populations ! 🤪

      N’empêche ! Toutes ces nuits sur le toit de la Land Rover entre fleuve et étoiles, tous moustiques contenus, quand les villages se taisent ! Privilège extrême ! Sans souci majeur de son bilan carbone … 🤪 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

 

Retour en haut