LLANOS du VENEZUELA (2)

Une saison à Hato Piñero (2)

Llanos, Hato Piñero, Chiguires-CC BY-NC Jacques BOUBY

Comme vous avez pu largement le remarquer, il est partout ! 

Difficile de faire un plan assez large sans qu’une tête rousse aux oreilles rondes et petits yeux se glisse sur votre photo ! 

Difficile de photographier une mare, sans voir affleurer ses yeux, ses oreilles et les narines de son large museau. Lui, c’est le chigüire : «  Seigneur des herbes » (excusez du peu ! ) dans la langue des indiens Guaranis.

Llanos, Hato Piñero, Chiguires-CC BY-NC Jacques BOUBY
Llanos, Hato Piñero, Chiguires-CC BY-NC Jacques BOUBY

Mais au bout de la tête, un drôle de corps de chien-chien sans queue, souvent assis sur son derrière. D’ailleurs ce toutou aboie quand on le dérange dans son bain, environné de jacinthes d’eau. En fait l’ensemble rappellerait plutôt un cochon d’inde. Mais attention ! cochon d’inde surdimensionné, car pour le petit câlin tranquille dans les bras, au petit lever ou au petit coucher : il faut oublier 😜 Ce « plus gros rongeur du monde » du Guiness pèse en moyenne 50 kilos. En moyenne !

Llanos, Hato Piñero, Chiguires-CC BY-NC Jacques BOUBY
Llanos, Hato Piñero, Chiguires-CC BY-NC Jacques BOUBY
Llanos, Hato Piñero, Chiguires-CC BY-NC Jacques BOUBY
Llanos, Hato Piñero, Chiguires-CC BY-NC Jacques BOUBY

Notre chigüire, nommé en bonne langue catholique capybara, broute peinard toute la journée mais adore aller se tremper régulièrement la couenne. 

Llanos, Hato Piñero, Chiguires-CC BY-NC Jacques BOUBY
Llanos, Hato Piñero, Chiguires-CC BY-NC Jacques BOUBY

Ici, une famille lambda-jetée-dans-le-monde ( selon le Dasein de Heidegger ) va prendre son bain de boue réparatrice.

Llanos, Hato Piñero, Chiguires-CC BY-NC Jacques BOUBY
Llanos, Hato Piñero, Chiguires-CC BY-NC Jacques BOUBY

… et s’en revient, par le même chemin, rebrouter peinard ! Savourant son existentiel-essentiel 😜

Llanos, Hato Piñero, Chiguires-CC BY-NC Jacques BOUBY
Llanos, Hato Piñero, Chiguires-CC BY-NC Jacques BOUBY

Les chigüires sont en fait des mammifères semi-aquatiques, des hippopotames sous dimensionnés en somme, l’horrible tronche en moins et les trous de nez plus acceptables. Quant à leurs dents, rien à voir non plus : 2 paires de mignonnes petites incisives … Il leur arrive de brouter des végétaux sous l’eau et tout comme leurs gros frangins, ils vont réguler leur température en faisant trempette quand la fièvre de la savane les insupporte.

Llanos, Hato Piñero, Chiguires-CC BY-NC Jacques BOUBY
Llanos, Hato Piñero, Chiguires-CC BY-NC Jacques BOUBY

D’ailleurs, ils commettent la chose dans l’eau après un cérémonial complexe, enfin… d’après les témoins libidineusement ocul-aires ! Nageurs et plongeurs confirmés ils seraient en somme une espèce de canard sous équipée mais on peut voir que leurs pattes (pata = cane en español !) sont palmées jusqu’à la base des griffes.

Llanos, Hato Piñero, Chiguires-CC BY-NC Jacques BOUBY
Llanos, Hato Piñero, Chiguires-CC BY-NC Jacques BOUBY

Braves bêêêteuhs.

Patience, nous n’en avons pas fini, avec eux : ils sont 4500 à Hato Piñero !

Llanos, Hato Piñero, tortues-CC BY-NC Jacques BOUBY
Llanos, Hato Piñero, tortues-CC BY-NC Jacques BOUBY

La tête des copines en forme de périscopes

Llanos, Hato Piñero, Caricare encrestado -CC BY-NC Jacques BOUBY
Llanos, Hato Piñero, Caricare encrestado -CC BY-NC Jacques BOUBY

Caricare encrestado

Llanos, Hato Piñero, Pájaro vaco -CC BY-NC Jacques BOUBY
Llanos, Hato Piñero, Pájaro vaco -CC BY-NC Jacques BOUBY

Pájaro vaco

Llanos, Hato Piñero, Ibis rouge et Tautaco -CC BY-NC Jacques BOUBY
Llanos, Hato Piñero, Ibis rouge et Tautaco -CC BY-NC Jacques BOUBY

Ibis rouge et Tautaco

Llanos, Hato Piñero, Ibis rouge-CC BY-NC Jacques BOUBY
Llanos, Hato Piñero, Ibis rouge-CC BY-NC Jacques BOUBY
Llanos, Hato Piñero, Chiriguare-CC BY-NC Jacques BOUBY
Llanos, Hato Piñero, Chiriguare-CC BY-NC Jacques BOUBY

Chiriguare

Llanos, Hato Piñero, Paují de Copete-CC BY-NC Jacques BOUBY
Llanos, Hato Piñero, Paují de Copete-CC BY-NC Jacques BOUBY

Toupet, toupette, toupillon, huppe, houppe, houpette, le Paují de Copete est « né coiffé », heureux présage mais qui le contraint à entretenir régulièrement son frisottis pour lequel il se fait des cheveux.

Llanos, Hato Piñero, Paují de Copete
Llanos, Hato Piñero, Paují de Copete-CC BY-NC Jacques BOUBY

A cette ineffable coquetterie, le mâle ajoute cette autre, dont le poème dit :

« El sól le dió un beso de amarillo en el pico » : le soleil lui déposa un jaune baiser sur le bec

Llanos, Hato Piñero, Gallitas laguneras-CC BY-NC Jacques BOUBY
Llanos, Hato Piñero, Gallitas laguneras-CC BY-NC Jacques BOUBY

Gallitas laguneras (poule d’eau)

Llanos, Hato Piñero-CC BY-NC Jacques BOUBY
Llanos, Hato Piñero-CC BY-NC Jacques BOUBY

Vous l’avez compris : les llanos constituent la plus grande réserve ornithologique : plus d’un millier d’espèces d’oiseaux. Et en mars, en pleine saison sèche, les cours d’eau qui sont à leur plus bas niveau d’étiage ont laissé derrière eux sur ces terres lentes et horizontales des chenaux, mares, barbotières, chemins d’eau, marais. Sans compter les fossés résultant de l’excavation de la terre pour construire et remblayer les pistes. Tous ces trous d’eau faisant le bonheur de toute une faune qui depuis 60 ans n’a plus entendu un seul coup d’escopète !

Llanos, Hato Piñero-CC BY-NC Jacques BOUBY
Llanos, Hato Piñero-CC BY-NC Jacques BOUBY

Garza real, Garza morena, Zamurita, Chicuaco Enmascarado, Garzón soldado, Oripopo

Llanos, Hato Piñero-CC BY-NC Jacques BOUBY

Hato Piñero est reconnu depuis 1953 comme un sanctuaire écologique de renommée internationale. La mise en place d’un tourisme écologique bien conçu et fort confortable, est une initiative de ses propriétaires en 1985 et le gros LIVRE d’OR de la « maison » témoigne de la multitude de visiteurs et de l’extase sans cesse renouvelée procurée par ces contrées bienheureuses où faune et flore cohabitent avec l’homme avec bonheur.

Llanos, Hato Piñero-CC BY-NC Jacques BOUBY

Hélas, hélas ! Les Bouby ne furent vraiment pas à la hauteur ! C’est largement connu, la photo d’oiseaux réussie appartient à ceux qui se lèvent tôt. Très tôt ! La vie intense des oiseaux commence … au lever du soleil. Et que faisaient-ils les Bouby à cette heure ??? Ils dormaient !

Pas à la hauteur non plus pour le matériel de prise de vue !

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

 

Retour en haut